Circulation aérienne

Les règles qui régissent les droits et devoirs en matière de circulation aérienne d'un commandant de bord sont définies dans les "Règles de l'air". Les organismes de la circulation aérienne sont quant à eux chargés de fournir des services :
  • Service d'Information de vol
    Ce service permet à un pilote d'obtenir des informations aéronautiques pendant le vol par moyen radio (météo, activité d'une zone, NOTAM, etc)

  • Service d'Alerte
    En cas d'urgence ou de détresse, il permet l'organisation des secours sur le lieu prévu d'atterrissage

  • Service de contrôle
    L'objectif est d'assurer l'anti-collision des aéronefs au sol et en vol. Ce service est rendu au moyen de deux méthodes, selon la classe d'espace où l'on se trouve, l'information de trafic et la clairance de séparation.
 
Selon les espaces aériens, on trouve des organismes de circulation aérienne différents :
  • Les services de contrôle d'aérodrome (TWR)
    Il contrôle les avions au sol ou à proximité immédiate de l'aérodrome (CTR)

  • Les services de contrôle d'approche (APP)
    Il contrôle les arrivées et les départs au-delà de la proximité immédiate de l'aérodrome (TMA)

  • Les services de contrôle en route
    Il contrôle les transits entre deux aérodromes

  • Le Centre d'Information de Vol (CIV)
    En-dehors des espaces aériens contrôlés

  • Les services d'information d'aérodrome (AFIS)
    Sur un aérodrome non contrôlé, il fournit les services d'information de vol et d'alerte.
 
Toute cette organisation fait parti la formation du pilote, afin qu'il sache quand il peut ou doit faire appel à ces différents organismes. L'objectif étant la sécurité des vols. 
 
 
 
Quelques idées reçues ....
 
Contrairement à ce que l'on entend la plupart du temps à la télé ou à la radio, le dépôt d'un plan de vol ou l'obligation d'une autorisation d'un contrôleur pour décoller ou atterrir n'est pas toujours nécessaire. Regardons cela d'un peu plus près.
 
 
Le plan de vol : Qu'est-ce que c'est ?
C'est une information fournie par le pilote, avant le vol, aux organismes de la circulation aérienne, qui a pour objectif de rendre l'intervention des secours beaucoup plus efficace en cas d'accident aérien. Le dépôt d'un plan de vol est obligatoire dans quelques cas bien précis :
  • en régime de vol aux instruments (IFR) (lignes commerciales)
  • en cas de franchissement d'une frontière
  • en cas de voyage de nuit
  • en cas de survol de l'eau ou de régions qualifiées "d’inhospitalières" telles que les déserts (là où l'intervention des secours seraient longs et difficiles)
Il est facultatif dans tous les autres cas. En pratique pour les vols VFR, il est rare de déposer un plan de vol.
 
 
 
Demande d'autorisation au contrôleur aérien pour décoller ou atterrir :
Selon la fréquentation de l'aérodrome, les services de la circulation aérienne peuvent prendre 3 formes :
  • aucun service fourni (Redon, Ploërmel, Dinan, …)
    Dans ce cas, c'est le pilote qui décide de décoller ou d'atterrir. Il n'a pas à demander une autorisation.
  • service d'information et d'alerte (Vannes, La Baule, Quiberon, Belle-Ile en mer, …)
    Cet agent situé dans une tour de contrôle, facilite la circulation sur l'aérodrome mais n'a pas le statut de contrôleur. Il n'a donc pas "d'ordre" à donner aux pilotes qui restent maîtres des évolutions au sol et en vol.

  • service de contrôle (Rennes, Nantes, St Nazaire, …)
    Cette fois, dans la tour de contrôle il y a un contrôleur aérien. Il est responsable de la circulation au sol des aéronefs, et fournit au profit des aéronefs en vol de son secteur un service de séparation ou d'information trafic afin d'éviter toute collision en vol. Dans ce cas, les pilotes doivent demander une autorisation pour décoller et atterrir, et même pour se déplacer au sol. 
 
 
Remarques :
VFR :  régime de vol à vue (interdiction de rentrer dans un nuage, ou de s'en approcher au-delà de 1000m d'altitude environ)
IFR :    régime de vol aux instruments