Redon - Un hélicoptère géant sur les pistes de l'aérodrome

publié le 27 mai 2019 à 01:16 par AC Redonnais   [ mis à jour : 27 mai 2019 à 21:31 ]
Article Ouest France - 25 mai 2019 - 19h30

L’équipage du Caïman NH 90 est rattaché à la flottille aérienne de l’aéronavale brestoise | OUEST-FRANCE


A l’occasion des portes ouvertes de l’aérodrome de Redon, ce week-end, à Bains-sur-Oust, un hélico NH90 Caïman s’est déplacé depuis sa base de Lanvéoc (près de Brest). Ce dimanche 26 mai, le public pourra encore voir de nombreux avions et même effectuer des baptêmes de l’air. A découvrir également des passionnés qui construisent leurs avions.

 

Deux hélicoptères militaires

Ce samedi 25 mai, vers 9 h 45, une super machine volante de couleur grise venue de l’Ouest s’approche à grand bruit du territoire de Bains. L’hélicoptère Caïman NH 90 de la Marine Nationale se dirige tout droit vers l’aérodrome de la commune. C’est l’un des invités d’honneur de la journée portes ouvertes.

Guillaume, membre de l’équipage, explique : « C’est un appareil de lutte multi-missions, notamment la lutte contre le terrorisme maritime, et contre les sous-marins, il peut aussi faire du sauvetage en mer. »

Et pour ça, il peut parcourir plus de 500 km en restant une heure sur zone avec à la clé une consommation de 600 kg (1) de carburant à l’heure quand il est chargé de 11 tonnes au décollage !

Thierry Perret, président, à côté d’un ULM identique à celui que l’aéro-club vient d’acheter. | OUEST-FRANCE


On voit également sur le tarmac un second hélicoptère un peu plus petit et de couleur bleue. « C’est l’un de nos deux appareils rattachés à la section aérienne de gendarmerie (SAG) basée à l’aéroport de Saint-Jacques-de-la-Lande », détaille le commandant de bord Thomas.

La machine, propre comme un sou neuf et qui n’accuse pas du tout ses 10 années de service, est dotée de nombreux équipements ultramodernes : caméra thermique et visuelle. « Elle possède deux moteurs installés de chaque côté du rotor. » Les deux engins devaient regagner leurs bases respectives, samedi en fin d’après-midi.

 

Des passionnés de construction

En retrait de la piste sont stationnés les avions qui servent aux baptêmes de l’air. « Aujourd’hui, on en fait une cinquantaine », selon le président Thierry Perret. Le public peut aussi découvrir dans les hangars proches toutes sortes de matériels volants ou non comme une Peugeot 404 de collection.

 David Norwood espère décoller avec son appareil l’année prochaine. | OUEST-FRANCE


Plus loin, deux avions en construction attirent immanquablement l’attention. « Je consacrerai, au total, environ 4 000 heures à construire mon CP1320 d’un poids de 540 kg qui peut voler en croisière à une vitesse de 270 km/h », affirme avec un léger accent irlandais, David Norwood.

Juste à côté, Daniel Lavenan poursuit le montage de son P130 UL. « Pour moi, il faudra 3 500 heures de travail et j’espère finir à la fin de cette année. »

Mais ce samedi soir, les monomoteurs du club aéronautique devront se rendre à Rennes « car nous devons nous ravitailler en carburant », relève Thierry Perret, le président de l’association.

Ce dimanche 26 mai, de 10 h à 18 h, portes ouvertes de l’aérodrome de Redon, à Bains-sur-Oust.